La Petite Ceinture est une ancienne voie de chemin de fer faisant autrefois le tour complet de Paris et servait autant au transport de passagers que de marchandises. Depuis quelques années et l'arrêt de quasiment toute activité hormis sur des portions très localisées, elle est devenue la plus grande friche de la Capitale (23 km encore existants sur 32 km à l'origine), un espace à la définition vague quant à sa fonction ou son devenir.

De part et d'autre, les prospectives et les spéculations vont bon train : se servir des infrastructures existantes et lui redonner sa fonction de transport dans un Paris congestionné par la circulation, morceler cet espace et faire disparaître petit à petit ce patrimoine historique, en faire un espace de promenade en y intégrant une vie économique, etc...

En attendant, certains ont choisi d'en faire leur lieu de vie. Ce sont majoritairement des migrants, SDF, qui viennent là construire leurs abris de fortune sous les ponts, dans les tunnels ou les bâtiments désaffectés jouxtant les voies. C'est dans cet endroit qu'a choisi de vivre Vladimir M. après avoir quitté la Russie où il menait des actions politiques déclarées illégales par les autorités. Refusant pendant longtemps l'aide de contacts politiques (et amis) pouvant lui procurer un logement, il a construit son habitation en chinant ce dont il avait besoin : structures d'échafaudage sur les chantiers, bois, matelas, couvertures, toilettes.

Sa maison a été détruite après trois ans de construction et d'amélioration suite à une "opération de nettoyage", action régulièrement menée par RFF, propriétaire des lieux, visant à empêcher la sédentarisation de ces migrants.